L'intestin, le mal aimé.

Publié par Stéphanie Cubain le

 

J'AI ENFIN LU CE LIVRE dont tout le monde parle, « Le charme discret de l’intestin ». Lecture passionnante sur un sujet pourtant peu attirant… Je vous conseille donc vivement de vous y plonger. Pour 2 bonnes raisons. Tout d’abord on imagine mal à quel point notre intestin est la clé de notre bien-être. Et d’autre part car le milieu scientifique reste encore très opaque sur le sujet.

La plupart de nos maladies sont liées à notre tube digestif. Des aphtes aux hémorroïdes, en passant par les allergies ou la dépression…. Et 80% de notre système immunitaire est géré par notre flore intestinale qui comprend 100 billions de bactéries.

Un sujet qui intéresse enfin la science

Le point qui m’a le plus étonné, c’est qu’on ne s’intéresse que depuis peu à cet organe et à ses bactéries, la plupart des recherches sur la flore intestinale ayant commencé à partir des années 2000. Il est vrai qu’étudier nos matières fécales parait peu prestigieux. Et l’art de « bien chier » semble anecdotique. Pourtant la position idéale - accroupi comme dans un toilette à la turque - permettrait d’éviter les hémorroïdes.

 

Mieux comprendre cet organe est pour nous tous vraiment intéressant. Il semblerait qu'il puisse diriger le cerveau, nous poussant même à certains comportements anomraux, des prises de risques, la déprime...  Et il est évidemment au cœur des raisons de certaines allergies qui aujourd’hui touche près d’une personne sur trois (une sur dix il y a trente ans). Prenons l’allergie au gluten par exemple. Qui viendrait du fait que les céréales n’aiment pas qu’on les mange, du moins en partie. Le gluten empêche chez les insectes une enzyme digestive de bien fonctionner, qui si ils mangent trop de plants de blé, ont des soucis à l’estomac. Et si nous sommes rarement intolérants à ces protéines, le fait que le gluten soit partout dans notre alimentation, directement ou par croisement génétique… peut déclencher troubles digestifs, fatigues, maux de têtes…

 

Ou l’intolérance au lactose. Nos enzymes capables de le digérer se désactivent avec l’âge.

En fait notre intestin c’est un peu l’histoire de l’homme. Notre flore se constitue à la naissance, lors du passage par la flore vaginale de notre mère. Puis s’améliore avec l’allaitement. Et par la qualité de notre nourriture. Améliorant ainsi à nos capacités à résister à la plupart des maladies, résultant d’une évolution progressive, de milliers d’années, lié à l’environnement.

Manger local et sans antibiotiques !

Un véritable danger, les antibiotiques. Car si ils sont un formidable outil pour les bactéries dangereuses - mais non les virus (90% des rhumes) - leur impact sur notre flore peut-être dévastatrice. Très peu de recherches existent et hélas les résistances apparaissent. Il faut donc faire attention à la bonne prise et accompagner d’un traitement reconstruisant la flore. Et espérer que la connaissance sur les plantes et leurs apports bénéfiques avancent.

 

Ce qui est étonnant également c’est que nous n’avons pas tous la ma même flore, rendant en fait inefficace un régime exotique, comme le régime crétois ou le régime d’Okinawa.

Qu’est-ce qui fait grossir et les régimes est évidemment un sujet abordé dans ce livre. Il semblerait que soit souvent le résultat d’une inflammation, c’est à dire un excès ou une intolérance ou un manque de bactérie apte à bien gérer tels ou tels aliments. Egalement certaines bactéries pourraient être responsable de notre envie de faim, de produits gras ou sucrés… Mais sur ces sujets, bizarrement la recherche est encore balbutiante. Et donc le livre un peu court…

 

En résumé, selon l’auteur il faut :

ne pas avoir peur des bactéries qui sont nos alliés. Trop d’hygiène n’est pas sain. Il faut respecter quelques règles (bien nettoyer, laver…) mais ne pas abuser pour laisser notre intestin se régaler.

bien traiter notre estomac en surveillant la qualité des aliments. Préférer notamment les viandes bio, sans anitbiotiques. Bien laver les légumes, souvent chargés de pesticides.

favoriser la diversité des aliments, notamment les bons probiotiques et les aliments prébiotiques (endives, artichaut, poireaux…). Et favoriser les plantes et racines (seulement 17 plantes aujourd’hui contre 500 pour nos ancêtres). Notamment nos délicieuses tisanes, comme le Clos du Prieuré parfait pour la digestion !

espérer que la connaissance avance sur tous ces sujets.

Bonne lecture et bonne tisane !

 

Le Charme Discret de l’Intestin, de Giulia Enders, Actes Sud


Article précédent Article suivant

0 commentaires

Laissez un commentaire

Scroll To Top

Follow us on social

Vous aimez les Plantes ?

Inscrivez-vous pour être informé(e) sur les plantes, la santé, les actualités...